Contact
ouvrir la recherche

DOSSIER : PRESSIONS SUR LE LITTORAL
JUILLET 2023 – 84 PAGES –

CaMBo #23

Dossier : Pressions sur le littoral

Éditorial du n°23 de CaMBo,

Bordeaux, une ville d’eau, incontestablement : eau de la Garonne, eau de l’estuaire de la Gironde qui rejoint l’océan, eau des palus aussi qu’il a fallu assécher pour construire la ville. Bordeaux, ville maritime, ville-port dont la prospérité s’est bâtie sur le commerce colonial et la traite des esclaves au XVIIIe siècle. Les activités portuaires ont fait partie du paysage urbain pendant plusieurs siècles et n’ont quitté le coeur de l’agglomération que dans les années 1980. Bordeaux est océanique : par son climat doux mais pluvieux, par sa connexion rapide au littoral via la « LGV Atlantique » qui transporte, sur les traces des frères Pereire, de très nombreux voyageurs jusqu’au bassin d’Arcachon. 

Et pourtant… Même si la Garonne, large fleuve subissant l’influence des marées, était jadis nommée « la mer », même si, vue d’un peu loin, la métropole bordelaise semble « proche », « tout près », des plages… Bordeaux n’est pas au bord de la mer. Contrairement à deux autres « B » de la façade atlantique, Brest et Biarritz, elle ne dispose pas d’un balcon sur l’océan. À l’abri des embruns, elle n’est le berceau d’aucun grand marin et a surtout vu naître des auteurs très terriens. 

Vignes, patrimoine architectural, dune du Pyla, plages océanes et surf sont aujourd’hui autant de représentations, de clichés juxtaposés dans un pêle-mêle célébrant une métropole où il fait bon vivre… Autant d’arguments pour dessiner un Éden de l’Ouest dans une contraction des distances entre la métropole et les bords de mer, qu’il s’agisse du bassin d’Arcachon ou de Lacanau-Océan. Le littoral et ses promesses sont certes à quelques encablures. Mais si les kilomètres sont immuables, les temps de parcours eux s’allongent lorsqu’il s’agit d’atteindre aux premiers jours de soleil la côte et d’affronter la marée humaine des retours de plages. Ce temps étiré, dilaté, semble éloigner un peu plus la métropole bordelaise de son littoral.

Il faut dire que l’urbanisation a rebattu les cartes et a, paradoxalement, à la fois éloigné et rapproché Bordeaux de son littoral maritime. Dans les années 1970, l’étalement urbain a prospéré à l’ouest de l’agglomération avec une offre importante de terrains à bâtir et aucun accident topographique à l’horizon pour le contrarier. Au cours des dernières décennies, l’attractivité de la Gironde a conduit ses villes et ses villages, notamment ceux situés entre mer et métropole, à se développer pour accueillir les ménages en quête de logement, animés par le rêve pavillonnaire. Ces deux extensions, ce double phénomène de métropolisation et de périurbanisation, ont dessiné un vaste espace urbanisé aux frontières plus perméables ; stations balnéaires et spots de surf sont ainsi englobés dans cet élargissement de la métropole et le littoral est devenu une lointaine banlieue. Avec une croissance importante des mobilités et des flux, quotidiens comme saisonniers.

Et si la nature avait le dernier mot ? L’incessant ouvrage des flots provoque érosion et recul du trait de côte, laissant entrevoir un nécessaire repli à venir des activités humaines, perspective largement abordée dans ce dossier de CaMBo. Dès lors, la métropole bordelaise, qui a déjà les pieds dans l’eau, ne se réveillera-t-elle pas, dans un lointain futur, au bord de la mer ?

Françoise Le Lay


 

/ Extraits

Grand Entretien  Magali Reghezza-Zitt (par Ghislaine Deymier et Gilles Pinson)

Lire l’introduction du dossier : pressions sur le littoral Coordonné par Ghislaine Deymier et Valérie Diaz, avec la collaboration de Frédéric Véron

Voir aussi

/ 04.01.2017

Éditorial du n°2 de CaMBo, par Jean-Marc Offner, directeur général ...

/ 05.01.2017

Éditorial du n°7 de CaMBo, par Jean-Marc Offner, directeur général ...

/ 05.01.2017

Éditorial du n°10 de CaMBo, par Jean-Marc Offner, directeur général...

/ 16.01.2024

Dossier : La ville est une fête