ouvrir la recherche

/ 2007

Diagnostic socio-urbain, quartier du Grand Parc

État des lieux et évaluation des besoins des personnes en situation de perte d’autonomie

Accessibilité, adaptation du logement et environnement

Il s’agit d’un état des lieux et d’une évaluation des besoins des personnes en situation de perte d’autonomie (les plus de 60 ans et les personnes handicapées) en matière d’accessibilité, d’adaptation du logement et d’environnement au Grand Parc à Bordeaux.

Cet état des lieux débouchera, dans le cadre d’un débat au sein du comité de pilotage élargi aux partenaires, à quelques préconisations pour réussir l’intégration de la perte d’autonomie à l’urbanité du Grand Parc.

Composition de l’étude

Le diagnostic socio-urbain du quartier du Grand Parc repose sur une démarche combinée. Pour questionner le vieillissement, le handicap sur le Grand Parc au travers de l’accessibilité, plusieurs approches ont été menées de front : anthropologique, psychosociale, technique et normative, sociologique.

Une approche urbaine vient compléter la démarche pour dégager les leviers de changement en matière d’accessibilité sur le Grand Parc.

Note de synthèse

A sa création, le Grand Parc a su transcender l’idée de progrès que l’on se faisait de la ville où l’urbanité était le maître mot. C’est un des quartiers forts et «osé» de l’espace urbain bordelais.

Le Grand Parc a justement provoqué des réactions de rejet quant à sa forme alors que les populations résidentes s’y sont toujours senties chez elles, quasi naturellement, créant un tissu social riche et solidaire.
Le Grand Parc a bientôt 40 ans, sa sociologie se renouvelle, son urbanité nécessite sans doute d’être revisitée, ne serait-ce que du point de vue du vieillissement de son patrimoine bâti ou de sa conception des espaces ouverts qui ont subi une dégradation progressive de la qualité initiale et qui s’avère moins conformes à l’évolution des modes de vie.

Depuis 40 ans, des populations y vivent et à présent y vieillissent. Leurs besoins en services et mobilité sont devenus plus spécifiques. Cette spécificité permet de considérer que le Grand Parc constitue un échantillon test où se pose la question de l’adaptabilité du parc au vieillissement et au handicap.

Parallèlement, l’évolution de la société conduit la nation à relever des défi s qui se posent à elle. Celui du handicap dans la ville – handicap au sens très large – a été mis en exergue à l’occasion de la loi du 11 février 2005. Cette loi oblige à la prise en compte de la perte d’autonomie dans tout acte de construction ou d’urbanisme. Il a donc semblé, au Conseil Général de la Gironde, qu’il était intéressant de réunir les partenaires concernés par la perte d’autonomie, l’urbanisme et les politiques publiques afin d’engager un travail de fond sur l’adéquation entre la perte d’autonomie et les actions publiques.

A cette fin, il a été décidé de conduire des monographies qui permettaient de réaliser des diagnostics thématiques (anthropologie, psychosociologique, sociologique, technique et normatif, urbain) et donc de dégager les enjeux auxquels les pouvoirs publics, les acteurs des territoires privés et publics sont confrontés du point de vue légal et plus largement, du point de vue sociétal.

Ce groupe de travail partenarial a formulé des progressions globales et pour certaines d’entre elles, plus ciblées sur les compétences du Conseil Général de la Gironde.

Voir aussi

/ 2019

Leurs pratiques et leurs attentes.Avec une population d...

/ 2018

L’ambition de revitaliser les centres-villes connaît en F...

/ 2018

Une méthode pour mettre l’individu au cœur du projetRem...

/ 2016

Synthèse du colloque du 6 décembre 2016À l’exemple de B...

Centre de préférences de confidentialité