ouvrir la recherche

/ 2013

Analyse des durées de déplacement en Gironde

Caractériser les durées des déplacements en Gironde afin de mieux appréhender le potentiel du report modal de la voiture particulière vers d’autres modes. Ce cahier est le sixième d’une série qui a pour but d’améliorer la compréhension des habitudes de déplacements des Girondins.

Composition de l’étude

Après quelques définitions et rappels méthodologiques, l’étude analyse les durées de déplacements des girondins en croisant ces données avec d’autres paramètres tels que le lieu de résidence, le motif du déplacement ou les critères socio-économiques. Au final, des cibles potentielles du report modal de la voiture vers d’autres modes de déplacements sont identifiées.

Note de synthèse

Plusieurs facteurs influencent plus ou moins les durées de déplacements des girondins : le lieu de résidence a relativement peu d’influence (la durée moyenne d’un déplacement d’un résident de la CUB -20mn.- est légèrement supérieure à celle d’un résident de Gironde hors agglomération -18mn.-), par contre, l’occupation principale est plus déterminante (23 mn pour le étudiants contre 16 mn pour les personnes qui restent au foyer), tout comme le motif (entre 20 et 26 mn pour les motifs obligés contre 13 à 18 mn pour les autres motifs).

L’analyse par mode révèle d’autres informations intéressantes :

  • les personnes qui utilisent la voiture consacrent plus de temps à la mobilité que celles qui ne l’utilisent pas (+14mn);
  • un nombre très important de personnes (70% en Gironde) ne se déplace pas du tout à pied ou à vélo;
  • seulement 14% des personnes pratiquent les modes actifs plus de 30mn par jour.

A noter également qu’une part importante de déplacements inférieurs à 2 km est réalisée à des vitesses inférieures à 15 km/h (82% des déplacements en Gironde, 87% dans la CUB), ce qui constitue une cible intéressante des politiques pour promouvoir les déplacements actifs .

Note : l’ensemble des résultats de cette étude mérite d’être appréhendé avec prudence. En effet, au-delà des limites méthodologiques « classiques », la variable « durée » est une donnée déclarative dans les enquêtes déplacements marquée par une certaine subjectivité.

Voir aussi

/ 2016

Le nouvel espace public métropolitainLes boulevards occ...

/ 2017

Un choix qui s'impose ?La voiture est le mode d’accompa...

/ 2015

Quelle programmation en matière de mobilité ?Première a...

/ 2015

L'a-urba dresse un état des lieux à la fois local, sur le...

Centre de préférences de confidentialité