ouvrir la recherche

/ 2015

Marchés immobiliers bordelais et girondin

Bilan 2013

Les ateliers débat de l’observatoire de l’habitat

Construction neuve en hausse, croissance continue du logement social, montée en puissance de l’accession aidée, promotion immobilière qui retrouve son dynamisme… Le bilan du marché immobilier en Gironde en 2013 semble satisfaisant. Ces bons chiffres sont-ils le reflet d’une dynamique de fond ou le résultat de projets urbains importants mais ponctuels ? Comment le marché bordelais se situe-t-il au regard de celui des autres agglomérations ? Un marché immobilier en bonne santé est-il suffisant pour répondre aux enjeux de l’habitat ?

Marché immobilier : de bons résultats

Dans le cadre de son atelier-débat annuel, l’observatoire de l’habitat a invité élus et acteurs locaux du logement à réagir au bilan de l’année 2013. Tous sont d’accord avec le diagnostic posé : les résultats du marché immobilier en 2013 sont bons. Au-delà des pics et creux conjoncturels, l’appareil productif local a atteint une dimension qui lui permet d’être performant sur le long terme. Or, construire beaucoup est nécessaire pour répondre à la croissance démographique et à la baisse de la taille des ménages. Nécessaire également pour parvenir à la dimension métropolitaine à laquelle l’agglomération aspire. Nécessaire enfin aussi dans un contexte de crise économique où le bâtiment reste un soutien à l’emploi important.

Nécessaire, mais pas suffisant. Car les enjeux liés au logement ne sont pas seulement quantitatifs ou économiques. Ils sont également sociaux, environnementaux ou architecturaux. Satisfaits du bilan de 2013 mais conscients de ses manques et ses faiblesses, élus et acteurs locaux insistent sur la nécessité d’aller plus loin.

Développer une approche transversale

Les politiques locales de l’habitat s’ouvrent d’ailleurs de plus en plus à cette approche transversale : les diagnostics s’affinent, les orientations stratégiques se diversifient et intègrent désormais les questions d’action sur le parc existant ou de peuplement.

Toutefois, la mise en œuvre et les moyens continuent de se concentrer prioritairement sur la production de logements neufs. En effet, les collectivités ont à leur disposition un ensemble d’outils d’aménagement et d’urbanisme pour encourager la production. Elles ont également comme interlocuteurs des structures professionnelles organisées et influentes (fédération
de promoteurs ou d’opérateurs sociaux) qui n’ont pas d’équivalent chez les acteurs du logement ancien. Agir en faveur de la construction neuve est donc plus simple. De plus, les perspectives budgétaires des collectivités locales ne permettent pas d’envisager d’investissement massif sur d’autres champs d’intervention.

Dans ce contexte, les enjeux qui pèsent sur les épaules des politiques locales de l’habitat paraissent bien lourds à porter
et les nouvelles pistes d’action risquent de rester au stade de vœux pieux. A moins d’assumer ou de réfléchir à une nouvelle hiérarchie des enjeux.

Voir aussi

/ 2016

Une méthode d’analyse statistiqueCréer un indicateur de...

/ 2015

Quelle programmation en matière de mobilité ?Première a...

/ 2013

Comment produire du logement abordable ? À l’heure où seu...

/ 2013

SynthèseAnalyse croisée des pratiques et des représenta...

Centre de préférences de confidentialité