ouvrir la recherche

/ 2011

Les migrations résidentielles en Gironde

Entre 1999 et 2006, la Gironde connaît un dynamisme démographique important avec un taux de variation annuel moyen de 1,17% (0,7% au niveau national). En comparaison avec la période précédente, on observe une accélération des tendances observées (1982-1999 : 0,78%, soit 9 410 habitants de plus par an). Le département gagne ainsi 15 530 habitants par an.

Le dynamisme démographique girondin est étroitement lié aux mouvements migratoires : les trois quarts des gains de population s’expliquent par un solde migratoire positif1. Le département s’inscrit pleinement dans une mouvance nationale qui distingue la France de l’Ouest et du Sud, attractive, de la France du Nord et de l’Est qui l’est moins.

Pour l’année 2010, l’observatoire de la croissance girondine appréhende les phénomènes migratoires par le biais des migrations résidentielles sur cinq ans. Le recensement de l’Insee (fichier MIGCOM2) décrit les individus selon leur résidence actuelle et leur résidence antérieure.

On étudiera deux mouvements de population distincts :

  • les migrations résidentielles inter-départementales (entre la Gironde
    et le reste du territoire national et l’étranger*), soit près de 250 000
    personnes en entrée et en sortie ;
  • les migrations résidentielles infra-départementales (internes à la
    Gironde) qui représentent un flux de plus de 220 000 personnes de
    commune à commune.

Voir aussi

/ 2019

Leurs pratiques et leurs attentes.Avec une population d...

/ 2018

L’ambition de revitaliser les centres-villes connaît en F...

/ 2018

Une méthode pour mettre l’individu au cœur du projetRem...

/ 2017

Cette publication vise à faire un point sur la situation ...

Centre de préférences de confidentialité