Contact
ouvrir la recherche

/ 2021

La mobilité dans les quartiers politique de la ville

 Regards d’acteurs sur trois quartiers de la métropole bordelaise

 Au début des années 2000, la question du désenclavement des quartiers politique de la ville (QPV) a été prise à bras le corps par la puissance publique qui a réalisé de lourds investissements en matière de transports publics. Les choix faits dans la définition du tracé des lignes du tramway illustrent parfaitement cet engagement.

Le temps des grands travaux fini, la question de la mobilité dans les quartiers prioritaires mérite d’être reposée et l’éventail de la réflexion élargi.

En effet, les questions de mobilité restent un sujet important pour l’action publique dans les quartiers politique de la ville de la métropole bordelaise. Ainsi, le contrat de ville de Bordeaux Métropole, comme les différentes conventions territoriales du territoire métropolitain, affirment la nécessité de faciliter la mobilité des habitants de ces quartiers notamment dans une perspective d’accès à l’emploi.

Sur le sujet, les documents-cadres restent toutefois très généraux et peu territorialisés. 

C’est dans ce contexte que Bordeaux Métropole a proposé à l’a-urba d’engager une réflexion sur la mobilité dans les QPV pour : 

  • identifier et qualifier les difficultés des habitants
  • déterminer si ces quartiers, désormais reliés au reste du territoire métropolitain par des lignes de transports structurantes, présentent toujours des caractéristiques spécifiques en matière de mobilité. 

Il s’agit d’étudier la mobilité dans toutes ses composantes que ce soit les mobilités actives, l’accès au transport collectif et individuel ou encore le stationnement. 

Pour cela, les équipes de l’a-urba ont effectué des entretiens dans trois quartiers tests de l’agglomération : le quartier Terres Neuves à Bègles, le quartier Carriet intermédiaire à Lormont et le quartier Yser Pont-Madame à Mérignac.

L’objectif de ces rencontres était de percevoir la mobilité et ses enjeux du point de vue des acteurs de la politique de la ville, aussi bien en leur qualité de professionnels (grâce à leur connaissance du terrain et à leurs interactions avec les habitants) qu’en tant qu’usagers.

Même si une approche spatiale a été privilégiée (comprendre le fonctionnement du quartier, ses atouts, ses contraintes), le travail a également cherché à mettre en évidence le rôle des caractéristiques socio-économiques, voire culturelles, des habitants de ces quartiers sur leurs pratiques de mobilité. 

Cette étude permet ainsi de révéler des caractéristiques qui, indépendamment de la situation urbaine de chaque quartier, apparaissent comme transversales aux QPV de l’agglomération bordelaise. 

Ainsi, les questions de stationnement, d’apaisement ou d’acculturation des habitants aux modes actifs sont relevées par l’ensemble des acteurs rencontrés. 

Voir aussi

/ 2020

Une enquête, des perspectivesQuelle est la réalité du t...

/ 2020

La région Nouvelle-Aquitaine et Bordeaux Métropole ont dé...

/ 2020

Carnet des ateliersRestitution du travail collaboratif ...

/ 2020

Et si l’on accompagnait les enfants à l’école autrement q...