ouvrir la recherche

/ 2013

Ville intense, ville intime

L’armature d’une métropole attractive.

Dans le cadre de l’élaboration du Plan local d’urbanisme de la Cub, l’a-urba a proposé aux communes de rendre lisible la ville en projet, composée de grands sites de projet, de sites d’intensification urbaine et de secteurs de ville intime.
Les lieux d’intensité urbaine, sites où se concentrent les principales fonctionnalités urbaines de la métropole, ont pour vocation de constituer au sein de l’agglomération bordelaise une armature de « ville à haut niveau de services ». La lisibilité programmatique qu’offriront à terme ces pôles urbains (services, équipements, espaces de nature, desserte en transport collectif), leur développement raisonné (priorisation des investissements en vue de la constitution de quartiers résidentiels répondant aux besoins et objectifs d’accueil de nouveaux habitants), la composition d’un paysage urbain intégré (structuration des espaces et formes bâties adaptées au tissu existant), permettront de concilier qualité du cadre de vie de proximité et dynamiques métropolitaines.
La démarche sur la ville intime vient compléter la réflexion sur la ville intense en interrogeant l’évolution des tissus intermédiaires, les périphéries de la ville constituée qu’ils prolongent. Situés en creux des centralités urbaines et des secteurs dédiés à une densité vertueuse, ces quartiers d’entre-deux semblent moins stratégiques pour contribuer au développement de l’agglomération, offrant peu de services et d’équipements aux habitants, éloignés des principaux axes de desserte en TC, disposant de fonciers mutables moins importants.
Pourtant, l’appartenance des habitants à ces territoires est forte, ce qui leur confère un potentiel relationnel et un degré d’urbanité important. Ces territoires constituent le cadre de vie de nombreux habitants de la Cub, ce sont des espaces résidentiels diversifiés tant par leur organisation sociale et urbaine, comme lieux de vie choisis ou contraints, que par leurs caractéristiques formelles.
Le peu d’ambition de projet portée sur ces secteurs n’implique pas pour autant , leur immuabilité. Leur évolution apparaît parfois limitée mais leur développement est souvent opportuniste, découlant de l’addition successive de projets d’initiative privée, qu’il s’agirait de mieux encadrer.

Voir aussi

/ 2018

L’ambition de revitaliser les centres-villes connaît en F...

/ 2018

Une méthode pour mettre l’individu au cœur du projetRem...

/ 2016

Synthèse du colloque du 6 décembre 2016À l’exemple de B...

/ 2016

Une méthode d’analyse statistiqueCréer un indicateur de...

Centre de préférences de confidentialité