ouvrir la recherche

/ 2009

/ Co-écrit avec CUB - Communauté urbaine de Bordeaux

Observatoire du stationnement : tableau de bord 2008

Avant-propos

Alors que la notion de durabilité commence à investir le quotidien de tous, il apparaît clairement que les tendances
locales en matière de stationnement, voire plus globalement, de déplacements, suivent les mêmes
inspirations et s’inscrivent dans la durée.

Si l’on pouvait légitimement s’attendre à ce que les résultats observés en 2007, voire les années précédentes, suivent les mêmes trajectoires en 2008, un facteur conjoncturel inattendu est venu les renforcer et les accélérer. La crise financière internationale, à l’origine bien abstraite, s’est rapidement propagée à l’économie générale, puis en toute logique, à celle des ménages.

Force est de reconnaître qu’une fois de plus, c’est une contrainte incontournable qui vient faciliter l’évolution des comportements des usagers de l’automobile et de ceux qui se déplacent plus globalement. Il y a eu l’essort du vélo grandement favorisé par la phase chantier du réseau tramway. 2008 sera reconnue comme l’année de la confirmation des mutations, dans l’agglomération bordelaise, de l’ensemble des composantes de la sphère «déplacements». Certes, on ne peut décemment pas se réjouir des effets obtenus quand la précarité gagne tant de populations, mais des jours meilleurs viendront qui, espérons-le, confirmeront les constats faits aujourd’hui.

L’impact conjoncturel est tout particulièrement ressenti par les exploitants de parcs de stationnement. A l’exception du nombre moyen d’abonnés (dont les résidents), tous les paramètres enregistrent une baisse encore plus forte qu’en 2007. La fréquentation et l’occupation sont en baisse dans presque tous les parcs. Pire encore, les recettes enregistrées déclinent pour la première fois depuis 2002.

La relative stagnation voire légère baisse de la fréquentation des parcs relais n’est, quant à elle, en soi, pas révélatrice d’une perte d’attractivité mais plutôt de la conjugaison de la baisse de trafic automobile et de l’atteinte d’une certaine stabilité de fonctionnement après quelques années de montée en charge. Il sera en outre intéressant de suivre les résultats des tous nouveaux parcs relais ouverts en 2008 dans le cadre de la fin de mise en œuvre de la seconde phase du réseau tramway.

Enfin, difficile de tirer de véritables enseignements en 2008 des résultats affichés par le stationnement payant de surface. Si ponctuellement les recettes sont parfois en hausse, les chiffres obtenus témoignent plutôt d’une phase d’adaptation des usagers à la nouvelle réalité des déplacements urbains et de la recomposition associée des centralités urbaines, comme celles de Mérignac et Pessac par exemple.

Voir aussi

/ 2016

Le nouvel espace public métropolitainLes boulevards occ...

/ 2017

Un choix qui s'impose ?La voiture est le mode d’accompa...

/ 2015

Quelle programmation en matière de mobilité ?Première a...

/ 2015

L'a-urba dresse un état des lieux à la fois local, sur le...

Centre de préférences de confidentialité