ouvrir la recherche

/ 2013

Étude prospective de la population de Lormont

Pour répondre aux interrogations de la ville de Lormont sur l’avenir de sa population au regard de sa programmation urbaine des prochaines années, l’agence d’urbanisme a mobilisé sa collaboration avec les démographes de l’université de Bordeaux pour évaluer, de manière scientifique et rigoureuse les futurs possibles de la commune.

Composition de l’étude

L’étude est constituée de deux volets. Le premier, descriptif et analytique, permet d’identifier la relation entre un type de logement et sa population résidente, avec les particularités propres à la commune de Lormont. Le deuxième volet est développé autour d’un travail de projection permettant d’estimer, toujours au regard des spécificités lormontaises, la population, avec ses caractéristiques par sexe et âge, susceptible de venir habiter dans les logements envisagés d’ici 2017.

Note de synthèse

Soucieuse d’évaluer l’impact démographique de son projet urbain, caractérisé par un volume important de démolitions de logements locatifs sociaux et par une reconstruction ayant pour objectif de diversifier l’offre locale de logements, la ville de Lormont a demandé à l’agence d’urbanisme, qui collabore depuis plusieurs années avec les démographes de l’université de Bordeaux, de l’aider à envisager ses futurs possibles, dans le cadre de sa convention communale. Cette dernière a pour vocation de répondre aux demandes des communes tout en élaborant de nouvelles méthodes susceptibles d’être adaptées à de nouvelles échelles et participer ainsi à l’intelligence collective territoriale.

Sur la base d’un travail en deux temps, analytique puis projectif, les statisticiens et démographes ont pu dégager les spécificités du peuplement lormontais et de ses dynamiques récentes. Il est effectivement important de connaître avec précision « qui habite quel logement ? » et de savoir en quoi cette population serait différente à Lormont avant de se poser la question de « qui pourrait venir habiter les nouveaux logements de la commune ? »

Dans la phase prospective une incertitude perdurait sur les caractéristiques d’une partie des logements à produire : quel statut des logements (logements locatifs sociaux, logements privés, occupés ou loués), quelle forme (individuel, petit ou grand collectif) et quelle typologie ? Plusieurs hypothèses ont donc été constituées de manière à cerner leurs impacts respectifs.

On constatera que les marges de manœuvre de la commune en fonction des hypothèses sont en définitive ténues, la pyramide des âges ne variant qu’à la marge. Toutefois, quelle que soit l’hypothèse retenue, la politique d’habitat entamée en 2006 devrait se traduire par une augmentation substantielle de la population communale, qui pourrait, si les programmes sont réalisés avec le calendrier prévu, se situer au-delà de 24 000 habitants dès 2017, et dépasser les 25 000 habitants dans les années 2020. L’étude avance également quelques points d’incertitude, attirant ainsi la vigilance de la commune sur l’évolution possible de certains quartiers.

Voir aussi

/ 2018

L’ambition de revitaliser les centres-villes connaît en F...

/ 2018

Une méthode pour mettre l’individu au cœur du projetRem...

/ 2016

Synthèse du colloque du 6 décembre 2016À l’exemple de B...

/ 2016

Une méthode d’analyse statistiqueCréer un indicateur de...

Centre de préférences de confidentialité