ouvrir la recherche

/ 2011

/ Co-écrit avec ALEC : Agence locale de l'énergie et du climat - Métropole bordelaise et Gironde

Planification énergétique « Facteur 4 » de l’agglomération bordelaise – 2011

Première phase

La planification énergétique « Facteur 4 » de l’agglomération bordelaise est une démarche de long terme proposée conjointement par l’a-urba et l’ALEC (Agence Locale de l’Energie et du Climat), visant à traduire de façon opérationnelle les objectifs fixés dans le Plan Climat de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux). La première phase de ce travail s’intéresse au parc bâti résidentiel de la CUB et propose un certain nombre de solutions visant à opérer sa mutation vers les énergies renouvelables.

Composition de l’étude

Après une analyse de la demande en énergie du parc résidentiel de la CUB et des gisements en énergies renouvelables et récupérables du territoire communautaire, l’étude met en adéquation demande et offre en énergie sur quatre secteurs représentatifs des tissus résidentiels caractéristiques de la CUB.

Note de synthèse

Face à la double contrainte du changement climatique et de l’épuisement des ressources fossiles, il devient nécessaire pour la CUB de s’engager vers le Facteur 4 et d’organiser la planification énergétique du territoire à travers des opérations d’économies d’énergie et le développement massif des énergies renouvelables et de récupération (EnRR).

L’analyse de la demande en énergie du parc résidentiel de la Communauté urbaine a mis en évidence le poids important des maisons individuelles construites entre 1900 et 1989 ainsi que des immeubles collectifs construits entre 1950 et 1975 pour les besoins de chauffage. L’analyse de l’offre en EnRR sur le territoire montre, pour sa part, que l’atteinte du « Facteur 4 » sur la CUB nécessitera à la fois une production massive d’EnRR sous forme mutualisée (réseaux de chaleur) et des dispositifs de production individuels.

Afin de mettre en adéquation, physiquement et spatialement, la demande et l’offre en chaleur sur la CUB à l’horizon 2050 – objectif principal de la planification énergétique – il a été privilégié une approche par tissu urbain. Quatre tissus urbains résidentiels majoritaires caractérisent en effet la CUB, pour chacun desquels une analyse a été conduite sur un secteur représentatif.

L’analyse du centre ancien de Bordeaux (immeubles de pierre de taille) et du tissu d’échoppes (maisons de ville) a mis en évidence une densité énergétique suffisante pour la création de réseaux de chaleur. Mais le déficit en foncier diffus dans ces tissus a conduit à la proposition de mobiliser les sites de projet de l’hypercentre pour l’implantation de chaufferies desservant le parc existant.

Dans le tissu diversifié (composé de copropriétés d’après-guerre à aujourd’hui et de petit pavillonnaire), les réseaux de chaleur trouvent aussi leur légitimité de par la présence de gros consommateurs constitués par les résidences de logements collectifs (HLM, copropriétés) et les équipements publics.

Enfin, le tissu pavillonnaire offre une plus grande palette de solutions à l’échelle individuelle, solutions qui doivent néanmoins être mises en cohérence avec les ressources localement disponibles, de par le volume important de maisons individuelles en jeu.

De l’ensemble de ces analyses (sectorielles et globales), ont ainsi pu être dégagées un certain nombre de « grands principes » de la planification énergétique, qu’il conviendra de préciser dans les phases ultérieures de l’étude.

Partager cet articleShare on FacebookTweet about this on Twitter

Voir aussi

/ 2018

Une méthode pour mettre l’individu au coeur du projetRe...

/ 2016

D’une méthode d’analyse à une stratégie d’actionsLa tra...

/ 2016

Une méthode d’analyse statistiqueCréer un indicateur de...

/ 2015

Quelle programmation en matière de mobilité ?Première a...