ouvrir la recherche

/ 2016

Quelle prise en compte de la santé dans les politiques de Bordeaux Métropole ?

L’étude a pour objectif d’analyser la prise en compte de la santé dans les politiques sectorielles de Bordeaux Métropole, via une approche par les déterminants de la santé.
Elle vise en outre, à proposer des pistes « d’amplification » de l’enjeu « santé » dans les politiques métropolitaines, en complémentarité avec les politiques communales.

Composition de l’étude

La première partie de l’étude se compose de fiches thématiques associées à 15 déterminants de santé, analysés à l’échelle de Bordeaux Métropole. En complément, une analyse de la prise en compte de la santé au niveau communal permet, dans une dernière partie, d’envisager les complémentarités possibles entre les échelons métropolitain et communal.

Note de synthèse

De nombreuse politiques de Bordeaux Métropole traitent de questions de santé, tantôt de façon explicite, tantôt de façon implicite. Dans la perspective de devenir « une métropole européenne à Haute Qualité de Vie », tel que l’ambitionne le projet de mandature 2014-2020, il a paru opportun de donner à voir l’ensemble des engagements actuel de Bordeaux Métropole sur les questions de santé.
La définition de la santé retenue dans l’étude s’appuie sur l’approche par déterminants de santé proposée dans le guide de l’EHESP « Agir pour un urbanisme favorable à la santé ». Cette approche se situe dans une acception large de la santé, couvrant à la fois des questions de modes de vie, structures sociales, cadre de vie, milieux et ressources.

Sur cette base méthodologique, les politiques publiques métropolitaines, explicitées par les grands documents cadres portés par Bordeaux Métropole, ont été analysées au crible des 15 déterminants définis dans le guide.
A pu être ainsi dressé un état des lieux de la prise en compte de ces 15 déterminants par les politiques de Bordeaux Métropole. Il en ressort que la majorité des déterminants est d’ores et déjà traitée, voire bien traitée, par ces politiques, à l’exception de quelques sujets tels que les sols, l’environnement sonore et les champs électromagnétiques.

Des marges de progrès existent cependant sur la plupart des déterminants. Ont ainsi été proposées, dans un second temps, des pistes d’amplification de l’enjeu santé dans les politiques métropolitaines, au regard de chacun des déterminants de santé.
En complément, une analyse de la prise en compte de la santé au niveau communal a été réalisée, via l’étude des Agenda 21 et des CUCS des 28 communes composant l’EPCI.

L’analyse croisée de la prise en compte de la santé aux échelons métropolitain et communal a alors permis, au-delà de la stricte approche par déterminants, de préciser des complémentarités entre ces échelons. Si les communes paraissent légitimes sur plusieurs « entrées » (leur compétences historiques, la dimension sociale, le contact avec les citoyens, la valorisation des spécificités locales), des coopérations intercommunales et infra-métropolitaines semblent s’imposer, tandis que la métropole garde un rôle indispensable pour une vision d’ensemble et une plus grande force de frappe sur des compétences croissantes

 

Partager cet articleShare on FacebookTweet about this on Twitter

Voir aussi

/ 2016

D’une méthode d’analyse à une stratégie d’actionsLa tra...

/ 2015

État de la connaissance et prise en compteL'eau est un ...

/ 2015

Enjeux et méthodesL’imperméabilisation des sols et ses ...

/ 2014

Des principes aux réalisationsQue ce soit pour des rais...