ouvrir la recherche
Les missions de l'A-urba, agence d'urbanisme, Bordeaux Métropole

L’ancienneté de l’agence sur le territoire aquitain l’a conduite à plusieurs reprises à faire évoluer son positionnement pour mieux se mettre au service de la décision publique.

Changer d’échelle

Passer de l’agglomération aux systèmes territoriaux métropolitains, départementaux, régionaux et nationaux. Longtemps au service du projet de transformation de la ville en agglomération, l’agence se positionne aujourd’hui pour mieux comprendre comment les territoires interagissent entre eux. Dans ce cadre également, elle accompagne la transformation métropolitaine.

Préparer l’action publique
et croiser les regards

Abandonner l’opérationnalité directe en renforçant les réflexions préparatoires à l’opérationnalité et celles relevant de l’articulation entre politiques publiques, entre projets, entre territoires.

L’évolution des compétences techniques des collectivités leur permet aujourd’hui une autonomie réelle dans la conduite opérationnelle du projet urbain.

De plus, l’ingénierie privée s’est également développée et peut répondre aux besoins spécifiques de la commande publique. Cela conduit l’agence à se positionner en amont des phases opérationnelles du projet urbain, notamment lorsqu’il est nécessaire d’articuler les politiques publiques entre elles, les projets entre eux ou de faire dialoguer les territoires.

Mettre en perspective et en débat

Du positionnement précédent, découle la nécessité de développer les dispositifs favorisant les échanges et les débats autour des questions urbaines (ateliers, journées d’échanges, publications…) et de se donner les moyens d’une mise en perspective des sujets traités sans exclure un regard critique sur les pratiques observées.

Innover et anticiper

L’innovation et l’anticipation font partie des « gènes » de l’agence.

Pour innover, elle collabore avec les universités et des experts reconnus. Elle développe des outils techniques et des méthodes pour mieux répondre aux attentes de ses partenaires. Elle se donne un droit à l’échec, condition sine qua non de l’innovation.

Cette activité de recherche – développement reste néanmoins tournée vers l’action et l’opérationnalité. Le sens de l’anticipation la conduit à défricher des sujets non traités et à développer les approches prospectives.

Promouvoir une vision dynamique
des questions urbaines

Longtemps la compréhension des phénomènes urbains et les projets ne se sont attachés qu’aux lieux. Or, les modes de vie et de communication actuels donnent une importance accrue aux flux d’échanges et aux liens qui existent entre les lieux. De même, une collectivité n’est plus seule à agir sur les phénomènes urbains. Elle agit avec les autres collectivités, avec les acteurs privés voire avec les habitants.

De ce fait, l’agence développe les approches permettant de comprendre les systèmes territoriaux par les flux et les échanges qui les relient, les systèmes d’acteurs en décodant leurs logiques et, enfin, les modalités de gouvernance, notamment toutes celles qui sont informelles ou construites au service d’un projet.

Des sujets nouveaux ou à approfondir

Le champ de l’urbanisme évolue sans cesse. Pour s’adapter à ces évolutions, l’agence intègre peu à peu des sujets émergents ou jusqu’ici peu traités dans ses interventions.

C’est notamment le cas de l’économie, de l’environnement et du paysage. Il ne s’agit pas de développer des approches techniques spécialisées mais d’intégrer ces approches thématiques dans l’élaboration des politiques territoriales et urbaines.

D’autres sujets déjà traités sont approfondis et mobilisent une partie importante du temps de travail de l’agence : la mobilité, les espaces publics, les modes de vie et l’habitat.